Retour sur la visite de Michel Sapin en Chine (29/02/2016)

Après un passage à Hong Kong où il a pu rencontrer des investisseurs hong-kongais et chinois, Michel Sapin a assisté au G20 Finances, les 26 et 27 février 2016 à Shanghai. De nombreuses questions ont été débattues comme la lutte contre le financement du terrorisme, la coopération fiscale, la mobilisation des financements verts et la gouvernance financière internationale. Retour sur les positions défendues par la France lors de ce déplacement.

Michel Sapin à Hong-Kong avec les conseillers du commerce extérieur de la France - PNG

La réunion du G20 de Shanghai a été la première réunion des ministres des Finances du G20 et des gouverneurs de banques centrales sous présidence chinoise. Le ministre français a exprimé le souhait qu’elle apporte des pistes de réponses aux difficultés économiques liées au ralentissement économique des pays émergents.

La lutte contre le financement du terrorisme

Cet enjeu figure pour la première fois, sur demande de la France, à l’ordre du jour officiel d’une réunion des ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20. Une session y a été consacrée. L’intensification de la lutte suppose un effort marqué de mobilisation et de renforcement de la coopération, à tous les niveaux. Le G7 et le G20 sont à ce titre des instances privilégiées.

La coopération fiscale

Parmi les sujets évoqués lors de cette session de travail figurent la mise en œuvre des avancées en matière de coopération fiscale, notamment le projet BEPS (Base Erosion and Profit Shifting), la préparation des premiers échanges automatiques de renseignements pour 2017 et au plus tard 2018 et la poursuite des travaux sur des incitations plus fortes contre les juridictions ne respectant pas les normes du Forum mondial en matière d’échange d’informations sur demande.

Les financements verts

Le G20 relaie l’impulsion politique de la COP21 et soutient la mise en œuvre de l’accord de Paris de décembre dernier. Un groupe de travail sur la finance verte a été créé qui réaffirme le fort engagement de la France, présidente de la COP21, de faire émerger un système financier tenant mieux compte du développement durable. Un programme de travail sera publié à l’issue de la première réunion.

La mobilisation des financements verts et des financements climatiques, au regard des engagements de la COP21 a ainsi été le troisième thème abordé, notamment la levée des freins à l’investissement en faveur d’un marché de la finance verte et une meilleure intégration des données environnementales dans les financements publics internationaux.


« L’action du G20 se fonde sur la reconnaissance de l’interdépendance entre nos économies : les décisions prises dans certaines économies affectent les perspectives économiques ailleurs. La dernière crise financière nous a montré l’importance de cette interdépendance. Nous devons maintenant en tirer les bénéfices pour que la croissance des uns soutienne la croissance dans le reste du monde. La France croit en cette démarche pour soutenir l’activité mondiale et contribue de manière significative à la mobilisation du G20. »

Michel Sapin

Dernière modification : 03/03/2016

Haut de page