Résultats du sondage sur les besoins et attentes de la communauté française de Shanghai

Du 3 juillet au 17 septembre 2012 le Consulat général de France à Shanghai a effectué un sondage via internet destiné à mieux connaître les Français installés dans la circonscription de Shanghai, leurs conditions de vie et leurs attentes vis-à-vis du consulat. Au total, 615 personnes, soit 7% des personnes majeures inscrites au registre des Français établis hors de France, ont répondu à ce sondage qui abordait les thèmes de la famille, de la santé, de l’éducation, de l’emploi, des loisirs, de l’adaptation à l’environnement local et des relations avec les services du consulat.

Rappelons sur le plan méthodologique que l’échantillon des sondés ne constitue pas une représentation statistique exacte de la population française expatriée dans la circonscription. De fait, le format de saisie de l’étude, fondée sur le volontariat et accessible uniquement en ligne, conduit à sur-représenter la catégorie des jeunes actifs expatriés, familiarisés avec le fonctionnement de l’Internet. Avec 54% de femmes et une surreprésentation de la tranche d’âge 36-45 ans, le panel englobe une population plus féminine et un peu plus âgée que celle inscrite au registre. Concernant la répartition géographique des sondés, 94% sont installés à Shanghai (90% d’après le registre), devant Suzhou (3%), Nankin (1%), Ningbo (1%), puis d’autres villes de la circonscription.

JPEG

1- Situation familiale


Près de 80% des sondés vivent en couple (62% sont mariés, 14% vivent maritalement et 3% sont pacsés), un chiffre supérieur à celui du registre du consulat (64%), ce qui peut s’expliquer par le fait que l’échantillon a une moyenne d’âge plus élevée que celle constatée dans le registre.

JPEG - 22.6 ko
Situation familiale

37% des Français sondés ont un conjoint de nationalité étrangère, en grande majorité chinoise (60%). Le couple franco-chinois type est un homme français marié à une ressortissante chinoise (dans 96 cas sur 100). Un quart des couples mariés de la circonscription sont des couples franco-chinois, alors que ce pourcentage était de 17% en 2008. Cette proportion sera amenée à augmenter davantage étant donné que le consulat a enregistré en moyenne trois mariages franco-chinois par semaine ces trois dernières années.

42% des expatriés interrogés déclarent ne pas avoir d’enfants. Dans 90% des cas, les enfants résident avec leur famille dans la circonscription. 38% des expatriés déjà parents indiquent n’avoir qu’un seul enfant à la date de l’enquête. Les expatriés ayant deux enfants constituent le contingent le plus important (43%) de cette catégorie. Les expatriés ayant trois enfants ou plus représentent un cinquième de l’échantillon.

Combien d’enfants avez-vous ?  %
1 enfant 37,9 %
2 enfants 45,1 %
3 enfants 15 %
4 enfants 1,6 %
5 enfants et plus 0,4 %

On constate que les enfants des expatriés sont très jeunes, en phase avec les données du registre qui indiquent que 69% des enfants ont moins de 5 ans.

Près de la moitié des enfants en âge d’être en crèche/jardin d’enfants fréquentent un établissement d’enseignement en français, et plus des trois quarts des enfants de 3 à 18 ans sont inscrits au lycée français de Shanghai. Ceux qui n’y sont pas scolarisés fréquentent principalement des établissements internationaux de langue anglaise (15%) ou chinoise (6%). Les parents expatriés à Shanghai privilégient fortement le réseau AEFE des écoles françaises, alors qu’ils ne sont que 41% à le faire dans le reste du monde. S’agissant des familles franco-chinoises, elles sont plus nombreuses à préférer un établissement de langue française à un établissement de langue chinoise.

2- Niveau d’études : Une population hautement qualifiée


Les Français de la circonscription ont un niveau d’études très élevé : le taux de diplômés de l’enseignement supérieur (niveau bac+3 ou plus) est de 84%, un taux bien supérieur à celui de la population en France métropolitaine. Ce pourcentage est supérieur à celui de l’ensemble des expatriés français dans le monde (74% selon la Maison des Français de l’étranger).

JPEG

3- Situation professionnelle


71% des sondés déclarent exercer une activité professionnelle, le taux d’activité des femmes expatriées (52%) étant nettement moins élevé que celui des hommes (90%). Au total les femmes représentent 35% du contingent des Français expatriés déclarant avoir un emploi.

Près de 20% des personnes sans activité sont à la recherche d’un emploi, les deux tiers poursuivant leurs démarches depuis moins de 6 mois. La très grande majorité de ces personnes vivent en couple, sont jeunes et résident pour les deux tiers en Chine depuis moins de deux ans. Enfin on notera que ces personnes sont très qualifiées (plus de la moitié ayant un niveau Bac+5/Grandes écoles), mais que leur niveau de chinois est faible et que très peu suivent des cours de chinois intensifs (plus de 5 heures par semaine).

Une majorité de personnes (55%) sont sous contrat local, alors qu’elles n’étaient que 40% dans ce cas en 2008. Inversement, la proportion de contrats expatriés/détachés a sensiblement baissé au cours des quatre dernières années, passant de 47% à 30% aujourd’hui. Ces chiffres confirment la tendance observée parmi les multinationales de « sinisation » de leurs personnels et de recours plus fréquents aux contrats de droit local. On peut également supposer que les entreprises chinoises recrutent davantage de profils « internationaux » afin de poursuivre leur stratégie d’expansion à l’international.

JPEG

Plus de la moitié (55%) des personnes sondées travaillent dans une entreprise française, et près de 20% pour une entreprise chinoise. La répartition par secteur d’activité est la suivante :

JPEG

Dans l’ensemble, le niveau de rémunération est élevé, mais inférieur à celui observé en 2008. Ainsi, si en 2008 moins de 8% des sondés déclaraient un revenu mensuel net inférieur à 10.000 RMB, ils sont 13% à être dans ce cas aujourd’hui. Inversement, près de 32% des Français déclaraient percevoir un salaire supérieur à 50.000 RMB, contre moitié moins aujourd’hui. Compte tenu du contexte de forte inflation salariale locale, il faut certainement chercher la cause de cette baisse dans l’augmentation des contrats de droit local.

Les contrats d’expatriation incluent généralement un billet d’avion A/R par an vers la France (pour 75% d’entre eux), la prise en charge de la scolarité des enfants (à 42%), la prise en charge du loyer (38%) et la mise à disposition d’un véhicule de fonction (36%).

S’agissant des contrats de droit local, la distribution des revenus est la suivante :

Rémunération mensuelle nette%
0 - 5 000 RMB 0 %
5 001 - 10 000 RMB 5,9 %
10 001 - 15 000 RMB 7,3 %
15 001 - 20 000 RMB 7,4 %
20 001 - 30 000 RMB 30,9 %
30 001 - 40 000 RMB 20,6 %
40 001 - 50 000 RMB 10,3 %
50 001 - 60 000 RMB 7,3 %
supérieur à 60 001 RMB 10,3 %

63% des conjoints d’expatriés exercent une activité professionnelle. Les disparités entre les hommes et les femmes sont toutefois importantes dans ce domaine. Le taux d’activité des conjoints d’expatriés de sexe féminin atteint en effet près de 77%, tandis que seule une faible majorité (55%) des hommes expatriés indique que leur conjoint occupe un emploi.

Votre conjoint, concubin ou partenaire travaille-t-il ?FemmesHommesTotal
Oui 77 % 55 % 63 %
Non 23 % 45 % 37 %

4- Protection sociale


92% des Français sondés bénéficient d’une assurance médicale, le reste des sondés n’ayant pas souscrit principalement pour des raisons de coût. Plus de la moitié (55%) ont recours à une assurance privée, la CFE recueillant 33% des suffrages. 80% d’entre eux s’estiment bien couverts et ils sont autant à bénéficier d’un contrat d’assistance rapatriement. Les Français font d’abord confiance aux structures médicales privées (à plus de 80%), en particulier les cliniques Parkway et l’hôpital United Family. Le Shanghai East Hospital, qui a signé un accord de tiers-payant avec la CFE le 1er mai dernier ne recueille pour le moment que 3% des suffrages. Enfin, il convient de noter que plus du tiers des sondés limitent leurs visites chez le médecin pour des raisons de coût, 20% des Français indiquant avoir des difficultés à faire face à leurs dépenses de santé.

5- Adaptation à l’environnement local


La quasi-totalité des Français de Shanghai (95%) sont satisfaits de leur vie d’expatriés (contre 80% pour la moyenne mondiale). Pour une majorité d’entre eux (53%) il ne s’agit pas d’une première expatriation. 71% des sondés ont préparé seuls leur expatriation, les autres ayant bénéficié du soutien d’un employeur (pour près des trois quarts d’entre eux) ou d’un prestataire de service spécialisé pour un cinquième des sondés. Un certain nombre d’entre eux reconnaissent avoir rencontré des difficultés tant lors de leur arrivée que dans le cadre de leur vie quotidienne. Lors de l’installation, la barrière de langue et les formalités administratives constituent les principaux problèmes. Au quotidien, la pollution et la sécurité alimentaire représentent les deux plus grandes sources de préoccupation des Français, devant les difficultés linguistiques.

JPEG - 32.9 ko
Les principales préoccupations actuelles des Français dans la circonscription de Shanghai

S’agissant de la maîtrise du mandarin, on constate que le niveau général de chinois est faible : 45% des sondés déclarent avoir un niveau débutant ou inexistant. On peut considérer que moins du quart des sondés parle véritablement chinois, alors que 84% d’entre eux parlent l’anglais. 62% des Français ne prennent pas de cours de chinois depuis leur arrivée en Chine, et 67% n’ont pas suivi de cours avant de venir habiter dans le pays.

37% des Français envisagent de rester dans la circonscription plus de 3 ans, mais un bon cinquième n’a pas d’idée sur la question. 46% ne souhaitent pas rentrer définitivement en France dans les prochaines années. Enfin on constate un allongement du temps de séjour, un tiers des sondés résidant dans la circonscription depuis plus de 5 ans (contre 21% lors de l’enquête de 2008).

6- Vie associative et loisirs : Une communauté engagée, dynamique et... sportive !


Plus de la moitié des sondés ont déclaré être membres d’au moins une des trente associations dénombrées dans le sondage. Si 85% des Français estiment qu’il y a suffisamment d’associations à Shanghai, les 15% restant souhaiteraient voir davantage d’associations sportives ou en matière d’aide à l’emploi. Certains sondés ont relevé le fait que la totalité des associations sont localisées à Shanghai et ont émis le souhait de les voir se développer dans d’autres villes de la circonscription. Enfin près d’un tiers des sondés ont déclaré être bénévoles, ce qui démontre une implication active dans la vie associative de la circonscription.

S’agissant des loisirs, les Français plébiscitent les sorties qu’offre la ville de Shanghai et ils sont également une majorité à profiter de leur séjour en Chine pour découvrir ce pays. Les Français aiment également se consacrer à la lecture, aux activités culturelles et au shopping. Enfin près des deux tiers d’entre eux pratiquent un sport de façon régulière, en particulier le sport en salle, la course à pied, la natation ou le tennis.

7- Les relations avec le Consulat général


Plus de 95% du contingent des expatriés consultés se sont déjà adressés au consulat, et pour 72% d’entre eux depuis moins de 6 mois. 93% des sondés se sont déclarés satisfaits de la qualité de l’accueil lors de leur dernière visite, et presque un tiers des sondés se sont déclarés très satisfaits.

Deux tiers des sondés connaissent le site www.monconsulat.fr et la procédure d’inscription au registre à distance. En revanche la moitié d’entre eux ne connaissent pas le plan de sécurité du consulat et ils sont près de 80% à ne pas connaître leur chef d’îlot. Plus des deux tiers des sondés sont abonnés à la Lettre de Shanghai et s’en déclarent satisfaits dans une même proportion.

Dernière modification : 21/08/2014

Haut de page