Réception du laboratoire P4 de haute sécurité biologique à Wuhan [中文]

En 2004, la France et la Chine ont signé un accord de lutte contre les maladies infectieuses émergentes. Le 16 juin 2016, les deux pays se sont réunis à l’Institut de virologie de Wuhan du laboratoire P4 de haute sécurité biologique, premier laboratoire chinois de ce niveau de sécurité, pour la cérémonie de réception.

JPEG

La cérémonie de réception par l’Institut de virologie de Wuhan du laboratoire du laboratoire P4 de haute sécurité biologique, premier laboratoire chinois de ce niveau de sécurité, s’est tenue à Wuhan le 16 juin 2016. Etaient notamment présents l’Ambassadeur de France en Chine, Monsieur Maurice Gourdault-Montagne, le Consul général de France à Wuhan, Monsieur Philippe Martinet, le représentant du gouvernement français pour l’accord franco-chinois de lutte contre les maladies infectieuses émergentes de 2004, M. Jean-Michel Hubert, des représentants de l’Académie des sciences de Chine, des représentants du bureau des Affaires étrangères du Hubei et le professeur Yuan Zhiming.

JPEG

Prévenir les épidémies et pandémies comme Ebola, la grippe Aviaire, etc.

Ce projet a vu le jour grâce au travail conjoint des équipes françaises et chinoises ainsi qu’à la technologie française. C’est un exemple emblématique de la qualité de la relation franco-chinoise en matière de recherche scientifique et de santé. Il permettra à la Chine, en partenariat pionnier avec la France, de mieux comprendre et prévenir les épidémies et les pandémies y compris les plus dangereuses comme la grippe aviaire, pour protéger la population chinoise et la santé mondiale.

JPEG

La réalisation de ce laboratoire, conçu par par le cabinet d’architecte français Tourret et Jonery, s’inscrit dans la mise en œuvre de l’Accord intergouvernemental de lutte contre les maladies infectieuses émergentes, signé en 2004 par la France et la Chine. Cet accord prévoit, outre le laboratoire P4, la création de l’Institut Pasteur de Shanghai ainsi que l’acquisition de quatre laboratoires mobiles de type P3.

L’exploitation du laboratoire est envisagée pour fin 2016, et sera menée conjointement par l’Académie des sciences de Chine et le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Chine. A terme, ce laboratoire devrait rejoindre le réseau d’alerte et de réponse de l’Organisation mondiale de la santé pour contribuer à la santé publique en Asie et dans le monde.

Dernière modification : 17/06/2016

Haut de page