Réception du 14 juillet 2014 à Canton

Plus de 500 personnes se sont réunies à Canton pour célébrer la fête nationale française. Cette célébration était placée cette année sous le signe du cinquantenaire des relations diplomatiques entre la République française et la République populaire de Chine.

Avec le soutien de nombreuses entreprises françaises et chinoises pour la plupart de Chine du sud, le consulat général de France à Canton a accueilli les représentants des gouvernements et administrations du Guangdong, du Guangxi, du Fujian et de Hainan, la communauté consulaire à Canton, de nombreux entrepreneurs français et chinois de Chine du sud, des partenaires et amis chinois, ainsi qu’un échantillon représentatif de la communauté française pour célébrer la fête nationale. Bruno Bisson, consul général de France à Canton et Liu Zhigeng, vice-gouverneur de la province du Guangdong, ont tous deux souligné dans leurs discours l’importance de cette année de commémorations pour le développement de la relation entre les deux pays. Pendant la réception, aux côtés des photographies retraçant l’histoire de cette relation, des photos de promotion de la France, de ses régions et de ses atouts ont été projetées. D’autres images ont permis de mettre en valeur les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale et celles du 70e anniversaire du débarquement de Normandie.

Discours de Bruno Bisson

Monsieur LIU Zhigeng, vice-gouverneur de la province du Guangdong,
Mesdames et messieurs les responsables des provinces et municipalités du Fujian, du Guangdong et de Hainan, ainsi que de la région autonome Zhuang du Guangxi,
Mes chers collègues consuls généraux,
Amis de la France,
Chers compatriotes,

Je vous remercie de votre présence aujourd’hui à mes côtés pour célébrer la Fête nationale, journée symbolique ô combien marquée d’Histoire, qui a cette année un aspect particulier puisqu’elle se déroule sous les auspices du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la République française et la République populaire de Chine.

Avant d’évoquer plus avant cet anniversaire, je voudrais m’arrêter quelques instants sur l’Histoire, qu’il est important de connaître, pour mieux appréhender le présent, le futur et aussi pour faire acte de mémoire.

« Commémorer, c’est saisir la force des générations qui nous ont précédés afin de faire des leçons de vie pour les suivantes. Commémorer, c’est rappeler que la République a traversé des épreuves terrifiantes et qu’elle a toujours su s’en relever. Et qu’elle ne doit avoir peur de rien. Commémorer, c’est savoir d’où l’on vient pour mieux appréhender ce qui nous relie et nous fédère dans une nation, la nôtre. Commémorer, c’est renouveler le patriotisme, celui qui unit, celui qui rassemble, qui n’écarte personne au-delà des parcours, des croyances, des origines, et des couleurs de peau. Commémorer, ce n’est pas seulement invoquer le passé ou le convoquer, c’est porter un message de confiance dans notre pays. « Vieille France, écrivait le général de Gaulle, accablée d’Histoire, meurtrie de guerres et de révolutions, mais redressée de siècle en siècle par le génie du renouveau ! ». Voilà ce que signifie commémorer aujourd’hui ! »

Je ne résiste pas à la tentation d’associer ces propos du président de la République pour le lancement des célébrations du centenaire de la première guerre mondiale aux récentes déclarations de votre président : « L’Histoire est l’histoire et les faits sont les faits. Personne ne peut changer ni l’histoire ni les faits… L’Histoire est le meilleur manuel (de classe) » qui répondent sans ambiguïté à cette interrogation d’un écrivain : « Quelle sorte d’avenir peut-on bâtir sur l’ignorance obligatoire du passé récent ? »

Ce cinquantenaire que nous célébrons cette année, nous le devons, bien sûr, à la vision planétaire courageuse et inattendue du général de Gaulle. Le général de Gaulle qui incarne, entre autres, aux yeux des Chinois les idéaux de la Révolution française de 1789. En 2012, j’avais d’ailleurs évoqué les liens entre notre fête nationale et la Révolution française.

Je cite à nouveau le président de la République qui accueillait les représentants des 80 nations invitées aujourd’hui sur les Champs-Elysées, parmi lesquelles figure naturellement la Chine : « ... Le 14 juillet, c’est la Fête nationale de la France. Mais le 14 juillet, c’est la fête de tous les pays qui sont épris de liberté. C’est la fête des droits de l’Homme, c’est la fête de l’émancipation, c’est la fête de la dignité humaine… ».

C’est donc une fois encore avec plaisir et fierté que je veux partager aujourd’hui avec vous nos valeurs républicaines.

La République française se reconnaît en effet par ses principes, ses valeurs et ses symboles. Laïque, la République assure la liberté de conscience. Elle respecte toutes les croyances. Démocratique, la République a pour principe : gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Le suffrage est toujours universel, égal et secret. Tout citoyen doit respecter la loi et ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. La République garantit à tous la sécurité des biens et des personnes. La justice est indépendante. La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. La force publique garantit le respect de la loi et des décisions de justice. La République participe à l’Union européenne constituée d’Etats qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences.

C’est cela notre République française, incarnée par Marianne dans les quelque 36 000 communes de France et 300 postes diplomatiques et consulaires français à l’étranger, universellement connue avec la devise de notre pays : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Et c’est dans ce bel esprit républicain qu’a été accueilli en France le président Xi Jinping il y a un peu plus de trois mois. Que faut-il retenir de cette superbe visite ? Le président François Hollande a clairement rappelé les défis à relever :
En premier lieu, la paix, d’ailleurs voulue à la fois par le général de Gaulle et par le président Mao Zedong. Comme pour témoigner, les sculptures de leurs signatures sont avec nous aujourd’hui. Pendant la Guerre froide, la confrontation pouvait déboucher à tout moment vers le conflit si le dialogue n’était pas la voie utilisée pour chercher la conclusion d’un accord. Comme hier, la France est attachée à la stabilité en Asie et entend renforcer les liens entre l’Europe et la zone Asie-Pacifique. Et aujourd’hui, la Chine et la France, qui regardent au-delà de leurs propres continents, sont solidaires de l’Afrique.
Le deuxième défi, lié à la croissance, doit permettre de rééquilibrer par le haut notre commerce extérieur, pour un bénéfice mutuel. Il s’agit également de mieux répondre aux besoins de la Chine : renforcement en matière de nucléaire civil et d’aéronautique, mais aussi partenariat dans de nouveaux domaines comme la santé, le vieillissement de la population, l’environnement, le développement des entreprises.
Autre défi, mondial, la tenue, en France, à la fin de l’année prochaine, de la conférence sur le climat. Son succès ne peut être assuré sans la participation de la Chine à l’obtention d’un accord universel et solide permettant de réduire, ou au moins de limiter la hausse des températures qui menace l’ensemble de la planète.
Et la Chine du Sud ? C’est l’endroit où nous vivons, ensemble, où nous avons, devrai-je dire, tous la chance de vivre, une chance que nous ne mesurons pas toujours. Et c’est là où nombre d’entreprises françaises, de toutes tailles, qui possèdent un savoir-faire incontestable et reconnu, se sont installées.

Monsieur le vice-gouverneur, mesdames et messieurs les dirigeants, comme moi, vous-aussi avez votre part de responsabilité vis-à-vis de ces Français, toujours plus nombreux à venir en famille s’installer en Chine du Sud. Je vous remercie pour l’accueil que vous leur réservez pour qu’ils soient bien accueillis et que familles et entreprises se développent avec harmonie.

Pour finir, quelques messages plus personnels.

Je voudrais à nouveau encourager nos entrepreneurs et les féliciter pour leur dynamisme et leur détermination, car je sais que leur vie n’est pas facile tous les jours. Je leur réitère l’appui du consulat général à chaque fois que nécessaire, notamment pour faciliter l’obtention de l’indispensable soutien des diverses autorités administratives.

Au public chinois, si nombreux et diversifié, j’adresse, du fond du cœur, ce message si simple et évident : vous êtes les bienvenus en France.
L’incroyable augmentation du nombre de demandes de visas (35 000) au premier semestre 2014 le montre, même si ce nombre reste largement insuffisant comparé aux 200 millions d’habitants des quatre provinces du Sud. Alors je vous le dis : n’hésitez pas, parlez-en autour de vous, venez en France, visitez la France, découvrez la France tout entière, ses bords de mer et ses montagnes, promenez-vous sur ses cours d’eau et dans ses campagnes, venez respirer son air pur, goûter ses spécialités régionales.

Ce faisant, vous qui êtes entrepreneurs pourrez découvrir des domaines d’intérêts pour vos entreprises. Venez travailler en France, investir en France, venez faire vos achats en France ; venez étudier en France, profitez de la culture française, apprenez le français, parlez français, lisez en français…
Ainsi, vous connaitrez mieux la France et les Français et ce rapprochement facilitera les échanges de toutes sortes, car, comme disait déjà le général de Gaulle en 1964 : « …il se peut, dans l’immense évolution du monde, qu’en multipliant les rapports entre les peuples, on serve la cause des hommes, c’est-à-dire celle de la sagesse, du progrès et de la paix ».

Comme les échanges que nous suscitons aujourd’hui à l’occasion de cette réception. Elle n’aurait pu avoir lieu, vous vous en doutez, sans le soutien indispensable des entrepreneurs français et chinois, dont les logos figurent sur les panneaux, et à qui j’exprime ma très sincère gratitude, au nom du consulat général de France à Canton.

Monsieur le vice-gouverneur, mesdames et messieurs, ce consulat général de France à Canton est, vous le savez peut-être, une équipe dynamique qui assure le développement de la relation bilatérale, la promotion de la France sous tous ses aspects et qui est au service de la communauté française. Peu nombreuse, cette équipe a pu être renforcée cet été par plusieurs agents pour faire face au défi du traitement des visas individuels de court séjour en 48 heures qui remporte, je l’ai déjà dit, un large succès. Je suis fier d’être à leur tête et les remercie pour leur engagement qui fait honneur à notre pays. Je vous demande de les applaudir avec moi.

Pour conclure, je vous livre deux citations de poètes français et chinois : Chamfort disait : « Dans le monde, vous avez trois sortes d’amis : vos amis qui vous aiment, vos amis qui ne se soucient pas de vous, et vos amis qui vous haïssent » et Wang Bo : « Quelqu’un qui vous comprend, même au bout du monde, est comme un voisin ».

En ce jour de fête nationale associé aux célébrations du 50e anniversaire, je souhaite que l’amitié qui lie les Français et les Chinois montre que nous appartenons à la première catégorie d’amis et que nous sommes, les uns pour les autres, comme des voisins, pour les 50 prochaines années et bien sûr au-delà.

Je vous remercie de votre attention.

Discours de Liu Zhigeng

M. Bruno Bisson, consul-général de la France,
Chers invités, mesdames et messieurs, chers amis,
Bonjour !
Aujourd’hui, c’est un grand honneur pour moi de pouvoir assister à cette réception de la fête nationale française. Je voudrais, au nom du gouvernement populaire de la province du Guangdong, adresser une chaleureuse salutation et mes vœux les plus sincères à M. Bruno Bisson, consul-général de la France, ainsi qu’à tous les amis français qui travaillent, étudient, et vivent dans la province du Guangdong.

La Chine et la France possèdent tous deux une longue histoire et une culture brillante, et l’amitié entre les deux peuples remonte de longue date. Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays il y a 50 ans, la relation bilatérale se développe sans cesse et les échanges et la coopération se multiplient de jour en jour. Etant que pionnier de la réforme et l’ouverture de la Chine, la province du Guangdong a commencé les échanges amicaux avec la France depuis longtemps. Nous pouvons constater les visites multipliées de haut niveau, les échanges économiques et commerciaux étroits et les domaines de coopération approfondis. L’année dernière, l’ancien Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a effectué une visite au Guangdong lors de sa visite officielle en Chine, et il a échangé les points de vue avec le Secrétaire du Parti de notre province M. Hu Chunhua. Le gouverneur de la province M. Zhu Xiaodan a aussi effectué une visite en France l’an dernier, et cette visite a fait progresser la coopération des deux parties dans les domaines tels que le commerce, les investissements, le finance, la protection environnementale, etc.

En 2013, le volume d’import-export entre le Guangdong et la France a réalisé un chiffre de 9,57 milliards USD, ce qui représente 1/5 du total entre la Chine et la France. Jusqu’à la fin de l’année précédente, nous avons enregistré 345 projets d’investissement français dans la province du Guangdong, et les investissements réalisés ont atteint 2,19 milliards USD. En même temps, les investissements du Guangdong en France sont aussi en augmentation. Tous ces résultats ne peuvent être obtenus qu’avec le soutien et l’assistance venant du consulat général de France et de nos amis français. Nous en sommes très reconnaissants à cet égard.

Actuellement, conformément au déploiement du Conseil d’Etat, la province du Guangdong s’efforce de jouer un rôle de premier plan d’une société de moyenne aisance dans toute la Chine, à travers l’approfondissement sur tous les plans de réforme, l’accélération de la restructuration économique et la montée en gamme, et à élever le niveau de l’ouverture. A l’occasion du cinquantenaire de la relation diplomatique entre la Chine et la France, nous voulons travailler main dans la main avec les amis français, à approfondir la coopération pratique dans les différents domaines, à élever davantage le niveau de coopération du commerce et de l’investissement, à renforcer la coopération dans le domaine du commerce des services et l’innovation scientifique et technologique, à multiplier les échanges de visites de haut niveau et diversifier les relations de jumelages, pour construire ensemble un bel avenir.

Enfin, tous mes vœux de prospérité pour nos deux pays et pour l’amitié de nos deux peuples. J’espère que la relation de coopération amicale entre le Guangdong et la France se développe de jour en jour ! Je vous souhaite encore une fois une bonne fête, une bonne santé et des familles heureuses !

Merci à vous tous.

Dernière modification : 03/05/2016

Haut de page