Les actions de la coopération éducative et linguistique

La mondialisation des échanges et l’interdépendance des économies favorisent l’apprentissage des langues étrangères de manière évidente. Cette diversification des apprentissages a commencé il y a longtemps dans les lycées de langues étrangères et dans certaines universités. Ces filières spécialisées s’adressent aujourd’hui à un nombre croissant d’élèves et d’étudiants.

Ce mouvement d’ouverture aux autres cultures et à l’économie-monde a bénéficié à l’apprentissage du français. Celui-ci se développe dans les universités (plus de 140 universités offrent aujourd’hui une spécialité ou un département de français), et le réseau des Alliances françaises, alors que la demande de cours de français s’accroît dans l’enseignement secondaire, dans une progression semblable à celle de l’apprentissage du chinois en France où le chinois est en cinquième position dans le classement des langues étrangères enseignées.

Une dynamique est désormais en route et il ne s’agit pas tant du nombre d’apprenants que de la qualité de ces enseignements à laquelle s’attache de manière déterminée le ministère chinois de l’éducation et les autorités universitaires : l’arrivée d’assistants de langue française dans les établissements secondaires, le recrutement croissant de lecteurs de français dans les universités, l’ouverture de « sections pilotes » de langue française et l’accroissement du nombre d’échanges scolaires, témoignent de la reconnaissance de la langue française, grande langue de culture, mais aussi importante sur le plan des échanges économique : le français s’inscrit désormais dans un parcours scolaire ou universitaire réussi pour répondre aux besoins d’une économie mondialisée.

Il nous revient donc désormais d’accompagner ce mouvement pour développer de manière très déterminée l’enseignement du français dans le secondaire et renforcer sa place dans l’enseignement supérieur, compte tenu de l’importance de la maîtrise de la langue française par les jeunes Chinois choisissant notre pays pour y poursuivre leurs études.

Nous sommes dans cette dynamique accompagnés par les professeurs chinois de français et leur détermination dans la réussite de leurs étudiants. Ils ont été rejoints depuis plusieurs années par nombre de nos compatriotes qui enseignent à leurs côtés dans les universités chinoises.

La coopération éducative et linguistique est en Chine en plein essor et mérite d’être très largement soutenue. C’est un élément essentiel de notre action en faveur de l’attractivité et une dimension reconnue de notre rayonnement intellectuel. Elle participe de notre action culturelle au sens large.

Dernière modification : 26/01/2015

Haut de page