Pics de pollution atmosphérique

Plusieurs villes chinoises connaissent régulièrement des pics de pollution d’une intensité pouvant dépasser un indice de qualité de l’air de 300 due à la présence massive de microparticules dans l’air.

JPEG

- Qu’est-ce qu’un pic de pollution ?


Un pic de pollution survient lorsqu’un ou plusieurs polluants (ozone, dioxyde d’azote, dioxyde de soufre, monoxyde de carbone, plomb, etc.) sont présents dans l’air à des taux supérieurs aux seuils recommandés par l’Organisation mondiale de la santé ou par les législations nationales de chaque pays.

Les grosses particules chimiques polluantes sont issues des émissions des véhicules, des industries poussiéreuses, de l’érosion éolienne ou des chantiers de construction. Les particules fines peuvent être de la fumée et des vapeurs provenant des émissions industrielles. Elles se forment lorsque les gaz réagissent dans l’air.



- Comment mesure-t-on la pollution ? 



Plusieurs indicateurs existent pour mesurer la pollution. Le plus utilisé en Chine est l’Air Quality Index (AQI). Il s’agit d’une échelle de la qualité de l’air qui s’échelonne de 0 à 500. Un indice supérieur à 100 indique une mauvaise qualité de l’air pour la santé.



Consultez l’indice de qualité de l’air (AQI) en temps réel en Chine (en français). 



- Quels sont les risques pour la santé ? 



Les particules polluantes présentes dans l’air peuvent causer :

  • irritations oculaires
  • toux
  • affections respiratoires (bronchites, rhinites, bronchioles, etc.)

Risques majeurs pour la santé :

  • bronchite chronique et asthme
  • maladies cardio-vasculaires
  • cancers du poumon

- Comment limiter son exposition en cas de pic de pollution ?



Le seul moyen de résoudre les risques est de minimiser l’exposition à la pollution, notamment pour les catégories à risque :

  • enfants,
  • femmes enceintes,
  • personnes âgées,
  • personnes souffrant de maladies chroniques : asthme, bronchite chronique, emphysème, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque et fumeurs.

En cas de pic de pollution, il est recommandé :

  • de réduire les efforts physiques soutenus en plein air (endurance) ;
  • de suivre scrupuleusement son traitement (asthmatiques, cardiaques...) et de ne pas hésiter à consulter son médecin en cas de problèmes respiratoires ou de malaise ;
  • d’éviter d’utiliser son véhicule en privilégiant le covoiturage ou les transports en commun, le mieux étant les déplacements à vélo ou en marchant ;
  • d’éviter d’aggraver les effets de la pollution par des facteurs irritants (tabac, utilisation de peinture, solvants, colles...) ;
  • de ne pas modifier les pratiques quotidiennes d’aération et de ventilation de son habitat (il est préférable d’aérer les locaux dans l’après-midi, entre 15h et16h, au moment où la couche atmosphérique se dilate, ce qui dilue les quantités de polluants dans un plus grand volume d’air).

D’une manière générale, il est fortement recommandé :

  • de porter à l’extérieur un masque filtrant de type N95 [1] ;
  • d’installer des purificateurs d’air à filtres dans les habitations et les bureaux. Les purificateurs permettent l’élimination de plus de 99 % des particules en suspension dans l’air par divers procédés de filtration et restituent un air pur et sain. Les filtres doivent être changés tous les 6 mois.

[1Il est possible de se procurer des masques N95 au Beijing United Family Hospital, à SOS International et à Oasis Healthcare.

Dernière modification : 07/03/2016

Haut de page