Minute de silence et recueillement à l’Ambassade de France en Chine [中文]

Afin d’honorer la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre à Paris, la communauté française de Pékin et de nombreux amis chinois, européens et occidentaux se sont recueillis à l’Ambassade de France à Pékin, lundi 16 novembre 2015, à 19h précises pour être à l’unisson de celle observée dans la France entière.

JPEG - 983.1 ko
L’Ambassadeur prononce un discours à l’issue de la minute de silence
Ambassade de France en Chine

« Mesdames et Messieurs,

Nous sommes venus nous recueillir en pensant à tous ceux qui ont été victimes de la vague d’attentats à Paris vendredi soir. A ce jour, on compte 122 morts dont une vingtaine non encore identifiés, 40 blessés en urgence absolue qui sont entre la vie et la mort, 76 en urgence relative et près de 300 autres victimes, atteintes dans leur chair. Nous pensons, à leur famille et à leurs proches. Parmi eux, beaucoup de jeunes, étudiants, jeunes parents, jeunes professionnels, touristes aussi, d’Europe et de tous les continents, qui, ce vendredi 13 novembre au soir, profitaient ensemble de la douceur de Paris, de ses terrasses de cafés, de ses restaurants et de sa salle de concert du Bataclan. Pendant ce temps, d’autres victimes étaient frappées aux alentours du stade de France pendant le match amical entre la France et l’Allemagne.
Oui, on a voulu frapper la France au cœur de Paris.

Le Président de la République a décrété trois jours de deuil national. Il n’y en avait eu que cinq depuis 1958, et le dernier n’était pas si éloigné. Nous nous somme recueillis ici même le 11 janvier après l’attentat contre Charlie Hebdo et la prise d’otages tragique de l’hyper casher. Aujourd’hui, toute la France est dans le recueillement au moment-même où nous sommes réunis ici à Pékin, et les témoignages de solidarité du monde entier affluent. Le Président Xi a envoyé immédiatement un message. Beaucoup d’amis chinois sont venus signer le registre de condoléances. Nombreux sont ceux qui nous ont rejoint ce soir. Je les en remercie.

Le Président de la République l’a dit, le prétendu Etat islamique qu’on appelle aussi Daech, car il ne représente pas l’Islam, a posé un acte de guerre contre la France. L’opération a été coordonnée et orchestrée de façon minutieuse. L’état d’urgence a été décrété, des enquêtes sont en cours en coopération avec l’ensemble de nos partenaires. Le Premier ministre a indiqué qu’il ne fallait pas écarter une deuxième vague d’attentats. La vigilance s’impose donc en France et ailleurs, et des mesures de sécurité ont été prises partout, s’agissant des intérêts français, y compris en Chine.

Daech a voulu nous atteindre dans les valeurs auxquelles nous sommes le plus attachés, celles qui nous font vivre, celles pour lesquelles la Nation a combattu depuis la Révolution française, et dans toutes les étapes de la construction européenne qui est aussi la paix. Ce sont les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité que nous partageons avec le monde, la dignité de l’homme, la tolérance, le respect de l’autre et de sa culture, l’égalité de l’homme et de la femme.

La France est une nation constituée d’hommes et de femmes libres et égaux en droit, quelle que soit leur origine, leur race ou leur religion. La France est un pays ouvert et laïc. C’est pourquoi Daech a voulu porter atteinte à la France, notamment dans ces quartiers du 10ème, 11ème, 18ème arrondissements de Paris, où se côtoient dans la tolérance et le respect, toutes les expressions de la diversité française.

Daech veut nous diviser et veut nous amener à des replis communautaires qui ne sont pas l’âme de la France.

Notre France, c’est l’héritage et le patrimoine que nous avons reçus de nos pères et de nos grands-pères qui se sont battus contre la dictature et l’occupant. Et cet héritage, nous le partageons avec le monde. Notre France, c’est aussi celle d’Ahmed Mehrabet, gardien de la paix d’origine algérienne, qui est mort en janvier pour défendre la liberté d’expression à Charlie Hebdo, c’est celle de Lassana Bathily, le sans-papier qui a bravé la mort pour sauver des clients de l’hyper casher et que nous sommes fiers d’avoir accueilli dans notre communauté nationale. La France, c’est celle de tous ces sauveteurs, soignants, médecins, urgentistes, donneurs de sang, pompiers, policiers, militaires qui, dans un grand mouvement de solidarité, ont contribué à l’organisation des secours et ont sauvé des vies vendredi et samedi. La France, ce sont toutes ces solidarités issues de la diversité humaine, sociale, culturelle, qui en font sa richesse, sa force et son honneur. Cette France-là, c’est vous tous ici présents.

Mesdames et messieurs, voilà ce que les terroristes de Daech ne détruiront pas. Le Président de la République l’a dit, la France unie sera déterminée dans son combat impitoyable contre la barbarie.

Nous pleurons nos morts. Faisons tous en sorte qu’ils ne soient pas morts pour rien, eux qui, nombreux, portaient l’espoir de la jeunesse et de son ouverture vers un avenir meilleur.

Dans Paris depuis hier, place de La République, il y a une grande affiche avec une citation des « Misérables » de Victor Hugo. Comme il l’a écrit, « il faut tenter, braver, persister, persévérer, être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin et étonner la catastrophe par le peu de peur qu’elle nous fait ».

Vive la République et vive la France ! »

JPEG

JPEG - 1.1 Mo
Les Français et amis de la France, chantant la Marseillaise
Ambassade de France en Chine
JPEG - 969.9 ko
L’Ambassadeur, à l’issue de la minute de silence
Ambassade de France en Chine

Les personnes venues ce 16 novembre au soir ont également signé le livre de condoléances.

Dernière modification : 14/04/2016

Haut de page