Les entreprises françaises sélectionnées pour la Coupe du monde de football [中文]

Le coup d’envoi de la Coupe du monde de football a été sifflé le 12 juin, et jusqu’au 13 juillet, le monde entier vivra à l’heure brésilienne. Les entreprises françaises n’ont pas manqué ce rendez-vous exceptionnel.

Le Brésil danse la samba depuis le 12 juin dernier, avec le match d’ouverture de la Coupe du monde de football. C’est l’accomplissement d’un projet pharaonique qui a nécessité d’importants investissements et des années de préparation. Face à l’ampleur du challenge, le Brésil s’est entouré des experts des meilleures entreprises mondiales pour concevoir et rénover ses infrastructures. La première économie d’Amérique du Sud s’est naturellement tournée vers la France et ses industriels, réputés dans de nombreux domaines, notamment pour la réalisation et la rénovation de ses stades, comme le Maracana de Rio de Janeiro et l’Arena de Sao Paulo, stade d’ouverture du Mondial.

JPEG

Les entreprises françaises relèvent le défi

Leader mondial dans les tubes en acier sans soudure, Vallourec a contribué à la rénovation et la construction de plusieurs enceintes de la Coupe du monde, à Belo Horizonte Brasilia, Porto Alegre, Rio de Janeiro et Sao Paolo. Au total, son usine brésilienne située à Belo Horizonte a livré 10 500 tonnes de ces tubes, utilisés pour la conception du toit des stades ou pour les équipements connexes.

La société Serge Ferrari a également participé à cette ambitieuse opération. Bénéficiant d’une excellente image dans le milieu de l’architecture, l’entreprise a fourni des matériaux composites à haute valeur technologique. Ils ont été utilisés pour la fabrication de toitures étendues, stables et légères, ou encore pour la protection solaire et les écrans d’étanchéité, très convoitées dans un pays comme le Brésil.

Verteego, société éditrice de logiciels qui mesurent l’impact environnemental des constructions, a collaboré à la réalisation de six stades. Selon Rupert Schiessl, directeur général et cofondateur de l’entreprise, « le Brésil doit encore s’équiper dans le secteur de construction, en respectant les normes environnementales, notre cœur de cible ».

Le Champagne est de la fête

D’autres grands noms de l’économie française profitent de ce Mondial pour renforcer leur présence au Brésil. Air France vient de lancer le premier vol direct entre Paris et Brasilia et le Champagne Taittinger est le fournisseur officiel de la Coupe du monde.

La fédération internationale de football a également accordé sa confiance à la PME Netco Sports. En s’associant avec le leader mondial de la diffusion de programmes de radio et de télévision, le belge EVS, Netco Sports

JPEG - 42.2 ko
Stade de Cuiaba / © Joana França

va alimenter 26 chaînes de télévision dans 26 pays en contenus pour smartphone. « Nous avons au total 36 caméras autour du terrain, qui permettront à l’utilisateur de disposer de tous les outils pour être à la fois un commentateur avisé et un réalisateur de télévision », assure le directeur général de l’entreprise, Jean-Sébastien Cruz.

Déjà partenaire de 10 des 32 pays qualifiés pour la phase finale, la société Amisco, récemment unie au britannique Prozone, sera également au cœur de l’événement et délivrera de précieuses informations, statistiques et indicateurs, sur les performances observées. Parallèlement aux partenariats avec les équipes nationales, les experts de l’entreprise fourniront également une gamme complète de contenus éditoriaux.
Plus globalement, les entreprises françaises espèrent profiter de l’impact de la coupe du monde sur le long terme. La France emploie déjà près de 500 000 personnes au Brésil. Benoît Trivulce, d’Ubifrance, l’Agence française pour le développement international des entreprises, assure que « les besoins du pays sont autant d’opportunités pour les sociétés de l’Hexagone ». Selon lui, « en 2013, la progression des exportations françaises vers le Brésil a été l’une des plus fortes dans le monde ».

Barbara Leblanc

N.B : Les propos et opinions exprimés dans le présent article, qui vise à informer sur les réalités de la France contemporaine, ne revêtent aucun caractère officiel.

Dernière modification : 14/04/2016

Haut de page