Le français Jean-Pierre Sauvage reçoit le prix Nobel de chimie 2016 [中文]

Jean-Pierre Sauvage, chercheur au CNRS de 1971 à 2014 et aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Strasbourg, a reçu le Prix Nobel 2016 de chimie aux côtés du britannique J. Fraser Stoddart et du néerlandais Bernard L. Feringa.

Tous trois sont récompensés pour la conception et la synthèse de « machines moléculaires ».

Les travaux de Jean-Pierre Sauvage font entrer les nanosciences dans une nouvelle dimension en concevant des nano-machines capables de reproduire les mouvements du vivant.

Le Parcours de Jean-Pierre Sauvage




JPEG

  • 1979/2009 : Directeur de recherche au CNRS
  • 2009/2014 : Directeur de recherche émérite au CNRS
  • Depuis 2009 : Professeur émérite à l’Université de Strasbourg

Jean-Pierre Sauvage est l’un des pionniers internationaux des machines moléculaires.

Ces dispositifs sont des assemblages de molécules capables de changer de conformation en conservant leur topologie, de se mettre en marche de manière contrôlée sous l’effet de signaux lumineux, thermiques, ou électriques par exemple.

Jean-Pierre Sauvage et son équipe sont notamment parvenus à concevoir et synthétiser des systèmes moléculaires reproduisant à l’échelle nanométrique des mouvements de rotation, de translation, de contraction à l’image d’une fibre musculaire ou d’autres processus biologiques importants.

A propos du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) :

Avec près de 33 000 chercheurs, ingénieurs et techniciens et 3,2 milliards d’euros de budget, le CNRS est une grande organisation de recherche européenne.

Grâce à ses 1 100 unités de recherche, le CNRS figure également comme l’un des plus grands producteurs de connaissances au monde.

En 75 ans d’existence, 20 lauréats du prix Nobel et 12 lauréats de la médaille Fields ont travaillé dans ses laboratoires.

A propos du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de la Chine :

C’est à partir de 1978 que le CNRS a débuté ses échanges avec la Chine. Le CNRS dispose dès 1995 d’un Bureau de représentation en Chine. Depuis 2012, la Chine est le premier partenaire scientifique du CNRS en Asie.

Le CNRS développe actuellement en Chine une centaine de projets scientifiques, dont 18 laboratoires internationaux associés (LIA) et une unité mixte internationale (UMI) avec une entreprise privée et deux universités chinoises (Fudan, ECNU).

Le CNRS est impliqué dans plus de 72% des copublications franco-chinoises référencées. Le CNRS accueille dans ses unités 1 300 doctorants chinois. Plus de 1 200 chercheurs du CNRS se rendent chaque année en Chine.

En savoir plus :
- Consulter le site CNRS

Dernière modification : 07/10/2016

Haut de page