Lancement de la mission TianGong 2 avec l’instrument Cardiospace à son bord [中文]

Dans le cadre d’un partenariat entre le CNES français (Centre National d’Etudes Spatiales) et la CMSA (China Manned Space Agency), le module orbital TianGong 2 emportera à son bord l’instrument Cardiospace. Son lancement est prévu pour le 15 septembre 2016.

Les premiers échanges franco-chinois dans le cadre de la coopération spatiale ont rapidement vu émerger des discussions relatives aux sciences de la vie. Ces activités, souvent liées aux vols habités, dépendent en Chine de la CMSA. A partir de 2008, la coopération avec la Chine dans le domaine des sciences de la vie s’est intensifiée avec notamment la participation d’équipes chinoises aux campagnes de vols paraboliques françaises, la participation d’équipes médicales françaises à des expériences au Centre d’entraînement des astronautes chinois (ACC) à Beijing, ou encore avec des communications communes dans des congrès internationaux et des publications dans des revues avec comité de lecture.
Un échange de lettres en 2012 entre la France et la Chine a permis de formaliser un lien entre le CNES et la CMSA, dans le cadre de l’accord inter-gouvernemental sur les activités spatiales.

Le projet Cardiospace a été décidé en 2012, avec la signature d’un protocole d’accord entre le CNES et l’ACC. L’objectif est d’étudier l’adaptation du système cardiovasculaire à la microgravité et son déconditionnement lors du retour des astronautes sur Terre. Les recherches sont menées de façon intégrative par le biais d’un ensemble d’instruments médicaux utilisés de manière conjointe, dont un laser Doppler pour étudier la microcirculation et un échographe ciblant la macrocirculation. Ces recherches ont à la fois un intérêt pour la santé des astronautes et en santé publique, les maladies-cardiovasculaires étant la première cause de mortalité dans le monde.

Des équipes françaises de recherche des CHU d’Angers et de Tours apportent un support scientifique pour le développement du système et sont utilisateurs des données médicales résultant de son exploitation. Le CNES est responsable du développement et de la fourniture de l’équipement à la partie chinoise, la société EREMS assurant la maîtrise d’œuvre de l’équipement, embarqué sur le laboratoire spatial TianGong-2 par la Chine. La première utilisation de Tiangong-2 est prévue lors du vol habité ShenZhou-11 sur une durée d’un mois à partir de mi-octobre 2016 par deux taïkonautes. L’objectif premier de ce laboratoire spatial est de tester les technologies clés de la future station spatiale modulaire chinoise, dont le lancement devrait intervenir à partir de 2018.

En complément, des expériences avec l’équipement Cardiospace sont menées actuellement lors d’un confinement de 180 jours, organisé par l’ACC et le Space Institute of South China (SISC) à Shenzhen. Cette expérience a débuté mi-juin 2016.

Sources

http://www.spaceflightinsider.com/organizations/china-national-space-administration/tiangong-2-arrives-chinese-launch-center-september-liftoff/
https://www.nasaspaceflight.com/2016/09/china-tiangong-2-space-station-september-new-crew/

Dernière modification : 16/09/2016

Haut de page