La littérature est à l’honneur à Wuhan à travers un cycle de conférences du 22 au 25 septembre 2014

Le Service de coopération et d’action culturelle – Institut français de Chine du Consulat général de France à Wuhan organise un cycle de conférences sur la littérature du 22 au 25 septembre 2014, animé par le professeur Eric Lysoe (université Clermont-Ferrand II).

Co-organisé avec l’université de Wuhan et l’université d’ingénierie du Hubei, le premier volet des conférences s’articule autour du thème de la littérature & de la musique et s’intitule Erik Satie : une musique surréaliste ?

Premier rendez-vous : lundi 22 septembre, 14h
Lieu  : Université de Wuhan, département de français, salle 3005
En français

  • Deuxième rendez-vous : mercredi 24 septembre, 15h30
  • Lieu  : Université d’ingénierie du Hubei (Xiaogan), département de français
  • En français, traduction consécutive en chinois

JPEG

Regards sur la France, entre musique et littérature. Portrait d’Erik Satie : compositeur surréaliste ?

À travers l’exposé de la vie et de l’œuvre d’un grand compositeur français, le Professeur Eric Lysoe nous invite à découvrir les éléments d’un renouveau artistique et culturel français du XXème siècle dont l’influence demeure hypermoderne.
Erik Satie (1866-1925) peut en effet être décrit comme un compositeur en complet désaccord avec la pensée artistique de son temps. Du reste, les professeurs du Conservatoire le considéraient comme dépourvu de tout talent. Pourtant, il s’est imposé comme l’un des maîtres de Maurice Ravel, des membres du fameux « Groupe des Six » (Auric, Durey, Honegger, Milhaud, Poulenc et Tailleferre) et plus tard, de l’Américain John Cage. Son écriture audacieuse se combine avec un sens de l’humour et de la dérision qui le fera apprécier par les représentants de l’avant-garde, et tout particulièrement par les surréalistes. Ses titres aux noms étranges (Trois morceaux en forme de poire, Gymnopédies, Gnossiennes, etc.) dissimulent en effet des jeux textuels qui en réalité, signent l’invention d’une forme nouvelle de musique, étroitement liée non seulement à la poésie de son temps, mais également à l’art moderne alors en gestation…

Le conférencier

Compositeur et écrivain, Éric LYSØE est professeur de littérature comparée à l’Université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand II), où il dirige l’École doctorale « Lettres, sciences humaines et sociales ».

Spécialiste du fantastique, il a publié de nombreux essais sur des auteurs américains, anglais, français ou belges : Les Kermesses de l’Étrange (1993), Les Histoires extraordinaires, grotesques et sérieuses d’Edgar A. Poe (1999), Les Voies du silence : E. A. Poe et la perspective du lecteur (2000), Erckmann-Chatrian au carrefour du fantastique (2004), Littératures fantastiques (3 vol. 2002-2005), Ombre et lumière dans la poésie belge et suisse de langue française (avec P. Schnyder, 2007), Signes de feu (2010), Entre tensions et passions. (Dé )constructions de l’espace littéraire européen (avec T. Collani, 2010).

Spécialiste de la littérature belge, il a publié, outre Le Diable en Belgique (2001) et La Belgique de l’étrange (2010), plusieurs éditions critiques d’auteurs belges du XIXe ou du XXe siècle (J.H. Rosny aîné, Gabriel Deblander, etc.) ainsi qu’un manuscrit anonyme du XVIIIe siècle : Le Voyage à Visbecq (2007). Il a obtenu en 2004, le « Prix du Rayonnement des lettres belges à l’étranger » pour l’ensemble de son œuvre critique.

Auteur de fictions, il a notamment publié : La Queue du chat (1994), Pieuvres (1994), Bonne Chair (1994) et plus récemment Comme un palais de paix immense (2003), Un cerf en automne (2013) et Bois morts (2013). Ses dernières compositions ont été créées en France ou en Italie : Étrange Éclipse (2009), Petite Symphonie auvergnate (2011), Amarones Waltz (2011). Plusieurs d’entre elles sont téléchargeables sur internet.

Dernière modification : 03/05/2016

Haut de page