La langue de Molière se porte plutôt bien dans les établissements secondaires chinois de la circonscription de Shanghai !

Une collecte de données auprès d’établissements scolaires chinois, privés et publics, de la circonscription de Shanghai (Anhui, Jiangsu, Shanghai et Zhejiang) est effectuée à chaque rentrée scolaire par le service de coopération universitaire afin de recenser le nombre d’apprenants chinois qui choisissent le français comme 1ère et 2ème langue étrangère (LE1 et LE2). Ces enquêtes annuelles nous renseignent ainsi sur l’évolution de l’enseignement de notre langue en milieu scolaire chinois.

Le français en chiffre

Les informations transmises à ce jour par les 29 établissements scolaires chinois de la circonscription de Shanghai nous permettent de recenser à la rentrée 2016-2017 un total de 3 353 apprenants de français LE1 et LE2 scolarisés dans des établissements, privés ou publics, du premier et second degré, tous niveaux confondus. Par comparaison, ils étaient 3 113 apprenants en 2015 répartis dans 23 établissements scolaires.

526 élèves ont été recensés comme apprenant le français en LE1 (contre 397 en 2014 et 472 en 2015) et 2 827 en LE2 (contre 2 743 en 2014 et 2 641 en 2015). L’augmentation sensible du nombre d’apprenants de français LE1 s’explique d’une part par l’ouverture de classes au sein d’établissements spécialisés dans l’enseignement des langues étrangères, et d’autre part par la mise en place de programmes de partenariat formalisé entre les établissements scolaires chinois et les établissements d’enseignement supérieur français.

JPEG - 170.4 ko
Formation des enseignants chinois de FLE.

Des réformes en cours

Avec la réforme en cours du Gaokao, les autorités éducatives chinoises mènent une réflexion nationale sur les programmes d’enseignement de notre langue avec pour but de mettre en évidence la corrélation entre les programmes d’enseignement actuellement en place dans les lycées et le lien avec les programmes d’enseignement des départements de français des universités chinoises.

Si cette réforme ne concerne pas l’enseignement du français LE2, les enseignants pourront néanmoins s’en inspirer. L’enseignement du français LE2 demeure en effet problématique en milieu scolaire. Peu structurés, les cours de français LE2 sont plutôt des cours d’option et d’initiation à la langue française, qui disparaissent en Terminale, année dédiée à la préparation du concours d’entrée en universités chinoises ou à la préparation à l’intégration d’universités étrangères.

Jumelages et appariements

Outre l’enseignement de notre langue, la présence française et francophone au sein des établissements scolaires chinois s’affirme à travers les jumelages, formalisés ou non, avec des établissements français et de pays francophones. Ces jumelages sont d’autant plus importants dans le cas d’établissements où le français n’est pas enseigné.

Cette année 78 jumelages et appariements actifs entre établissements chinois et français ont été recensés pour la circonscription de Shanghai.

JPEG - 229.1 ko
Francophonie 2016 - Concours de BD.

Nos programmes de promotion de la langue et de la culture françaises

Suite aux dialogues de haut niveau sur les échanges humains, de nouveaux programmes de promotion de la langue et de la culture françaises ont été mis en place dans les établissements scolaires sur l’ensemble du territoire chinois.

Cette année, deux enseignantes détachées du ministère de l’Education nationale, de de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sont en poste au lycée Guangming de Shanghai dans le cadre du programme des Sections Pilotes de Langue Française, où elles enseignent, l’une, les mathématiques et, l’autre le FLE et la littérature.

Par ailleurs une « stagiaire FLE » est en poste au collège des langues étrangères Ganquan de Shanghai qui accueille désormais quatre classes, soit 70 collégiens qui étudient le français en LE1.

Les chiffres encourageants pour l’enseignement du français LE1 montrent l’investissement des établissements scolaires chinois qui valorisent la langue française, aux côtés des langues asiatiques, d’autres langues européennes, voire de l’arabe.

Notre soutien à ces établissements de la circonscription de Shanghai, reste une priorité afin de renforcer les liens franco-chinois.

Dernière modification : 17/10/2016

Haut de page