La France explose les classements des écoles d’animation

Le site www.animationcareerreview.com a établi un classement des 100 meilleures écoles d’animation dans le monde en 2015 et présente GOBELINS , l’école de l’image en première position.

Un succès français. D’après le classement du site américain Animation Career Review, la meilleure école d’animation au monde est l’école française des Gobelins. Dans le top 10, 4 écoles françaises : également Rubika (4ème) à Valenciennes, l’Esma (7ème) à Montpellier, Toulouse et Nantes, Creapole (10ème) à Paris.

Les écoles de ces classements sont celles chez qui recrutent Pixar et Disney pour faire les films que tout le monde verra ensuite. On voit que la France tire son épingle du jeu dans un domaine lié à la culture et à l’innovation.

Cette classification a été établie en fonction des critères suivants :

La qualité globale du programme, y compris la technologie et les installations disponibles pour les étudiants.
La cohérence et la qualité des travaux des étudiants et des jeunes diplômés.
La situation géographique de l’école (proximité avec des points d’accès à l’emploi).
La réputation du programme dans le secteur.
Les frais de scolarité et le coût global de la formation n’ont pas une influence majeure dans ce classement.

1ère : les Gobelins, Paris
Ecole de la chambre commerce de Paris, les Gobelins méritent bien sa place en haut du podium. C’est la plus ancienne école d’animation française puisque son département a été créé en 1975. Maintes fois représentées lors des concours internationaux, ses anciens travaillent dans les studios les plus prestigieux. Kristof Ferrand, qui faisait partie des premières promotions, est le directeur de l’animation chez Dreamworks en Californie.

« C’est une excellente nouvelle pour les Gobelins et pour toutes les écoles françaises distinguées par ce classement », se félicite Moïra Marguin, responsable du département cinéma d’animation aux Gobelins et vice-présidente du RECA (Réseau des écoles françaises des cinémas d’animation) qui fédère 25 écoles du secteur. « Cette distinction à l’international va attirer davantage d’entreprises partenaires », ajoute-t-elle. Cette mise en avant de l’école a déjà eu un effet concret sur les inscriptions. « Depuis la parution de ce classement, nous recevons 50 inscriptions par jour pour notre master en anglais que nous lançons en septembre alors que nous n’en recevions pas plus de 3 à 5 par jours auparavant », relève Moïra Marguin.

L’école des Gobelins est reconnue pour ses différents programmes en cinéma d’animation :
Concepteur et réalisateur de films d’animation, un cursus de 4 ans avec une option pour intégrer directement la 3ème année.
Animateur 3D (1 an)
English track : Master of Arts in Character Animation and Animated Filmmaking (2 ans)

L’école organise également chaque année une summer school animation du 4 au 15 juillet 2016.

L’article fait également référence aux formations de photographe, de Graphiste motion designer et au Mastère spécialisé jeu vidéo et transmédia de l’école.

La sélection est féroce aux Gobelins : 25 places sont offertes chaque année.

4ème : Rubika, Valenciennes, Pune (Inde).

Créée par la chambre de commerce du Nord pour redynamiser une région industrielle en difficulté, Rubika (ex-Supinfocom) est une école de design en cinq ans avec trois départements : l’animation, le jeu vidéo et le design. L’école a inauguré en 2011 un gigantesque campus en Inde, grâce à un partenariat avec un milliardaire indien. En 2016, elle débarquera au Canada, à Montréal. En 2015, deux films de fin d’études avaient gagné l’International digital animation festival de Nagoya au Japon. A noter que l’École est arrivée première du classement des meilleures écoles du jeu vidéo du Figaro Etudiant.

7ème : l’Esma, Montpellier, Toulouse, Nantes

Cette école d’arts appliqués créée il y a 20 ans à Montpellier s’est rapidement fait connaître des professionnels du secteur. Elle propose des classes de mises à niveau, des BTS et un cycle professionnel en cinéma d’animation (niveau 2 au RNCP, soit bac +3-4). Moins connue que les deux précédentes, ses anciens travaillent dans des studios réputés à l’étranger. Le film « Sweet cocoon » réalisé par des élèves de l’école a été projeté durant la cérémonie des courts métrages des Oscars 2014.

10ème : Créapole, Paris

C’est une percée fulgurante pour Créapole dont le travail effectué ces dernières années par Sylvie Robert, responsable du département, a été récompensé par une belle dixième place au classement. Cette école d’arts appliqués parisienne a noué de nombreux partenariats avec des studios prestigieux (Jesuisbiencontent, Ubisoft, BUF..). Un étudiant de l’école, Gwenn Germain, s’était fait connaître par un court-métrage d’animation qui rendait hommage au réalisateur japonais Miyazaki : Celles et ceux des cimes et des cieux.

Dernière modification : 29/01/2016

Haut de page