L’Institut de recherche Europe-Asie (IREA)

La multiplication des échanges universitaires de l’Université Aix-Marseille III avec la Chine depuis le début des années quatre-vingt-dix a donné naissance, en 1999, à l’Institut d’études Europe-Asie.

La multiplication des échanges universitaires de l’Université Aix-Marseille III avec la Chine depuis le début des années quatre-vingt-dix a donné naissance, en 1999,

La volonté d’approfondir mes connaissances sur la société et le droit français m’a conduit, après un premier séjour d’études en droit à Bordeaux et à Paris de 1991 à 1993, à revenir en France en décembre 1995 pour terminer une thèse à l’Université d’Aix-Marseille III. Ce choix a été conforté par un constat personnel  : la faible présence du droit français dans l’élaboration du droit chinois par rapport au droit anglo-saxon. Ce handicap est dû en grande partie à une connaissance insuffisante du droit français par les juristes et le législateur chinois. La réalisation de mon projet a été facilitée par l’exercice de mes fonctions pendant un peu plus de dix ans à la Commission du travail législatif de l’Assemblée nationale populaire, dont celle de directeur du Service de droit comparé.
Depuis sa création en février 1999, l’IREA a essentiellement consacré ses activités à des échanges avec les universités (Université du Peuple, Tsinghua, Université de Pékin, Université du Zhejiang, City University of Hongkong, etc.) et des administrations chinoises (Assemblée nationale populaire, Bureau des Affaires législatives du Conseil des affaires d’État, Bureau national des impôts etc.).

L’équipe de l’IREA a également travaillé activement sur des projets européens consacrés à la Chine (« Dictionnaire juridique sino-européen en ligne », EU-China Small projects facility et EU-China Legal and Judicial Cooperation Programme), ainsi que ceux de la Banque Mondiale (« post-WTO reform and improvement of China’s taxation legal system »).

Le législateur chinois se montre très pragmatique dans l’élaboration et la modernisation des normes juridiques qui doivent régir un milliard trois cents millions d’habitants. C’est la raison pour laquelle l’IREA privilégie les thèmes d’actualité, traités dans des articles ou ouvrages tels que : La laïcité "aux couleurs de la Chine" par Patrick DOAN, in Droit et Religions, 2006-2007 ; Le système judiciaire français, ouvrage collectif publié en chinois aux éditions Law Press China en octobre 2008, avec le soutien de l’Ambassade de France en Chine ; La justice maritime en Chine, par LI Wei-Jun, Présidente de la Chambre détachée de Zhou Shan, Cour Maritime de Ningbo, CHINE, article en français publié dans le mensuel Le Droit Maritime français en avril 2008.

Le droit chinois reste en construction et en pleine évolution. Pour permettre une meilleure présence du droit français en Chine, la coopération juridique franco-chinoise devrait favoriser deux types de projets  : d’une part, des projets à court terme (en collaboration avec les institutions, administrations et les professionnels chinois) et d’autre part des projets à long terme (dans lesquels les facultés de droit françaises ont un rôle important à jouer) axés sur le développement des échanges d’enseignants, la formation des étudiants, la publication d’ouvrages sur le droit français en chinois.

Monsieur JIN Banggui
Maître de Conférence à l’Université Aix- Marseille III
Directeur de l’IREA

Dernière modification : 02/06/2016

Haut de page