L’Europe à la découverte des comètes [中文]

Le 12 novembre 2014, l’atterrisseur Philae s’est détaché de la sonde interplanétaire européenne Rosetta pour se poser avec succès sur la comète Churyumov-Gerasimenko.

La mission Rosetta

La mission Rosetta, qui mobilise aujourd’hui plus de 300 scientifiques dans toute l’Europe, entre dans une nouvelle phase de son extraordinaire aventure, Philae étant le premier engin à atterrir à la surface d’une comète. Depuis son lancement de Kourou en Guyane française il y a dix ans, la sonde Rosetta a parcouru une distance de 500 millions de kilomètres pour entrer dans la chevelure de la comète au printemps dernier avant de se mettre en orbite proche du noyau, une première mondiale.

JPEG

D’une masse d’une centaine de kilogrammes, l’atterrisseur Philae de 98 kg emporte dix instruments scientifiques fournis grâce à une collaboration entre les instituts scientifiques des États membres de l’Agence spatiale européenne et des Etats-Unis, destinés à réaliser des analyses et prélever des échantillons prévus pour un retour sur Terre, alors que la sonde va continuer d’escorter la comète durant son approche du Soleil pendant plus d’un an.

La mission, qui présente un grand nombre de défis techniques notamment liés à la distance, vise d’abord à approfondir notre connaissance des comètes. Celles-ci conservent en effet le matériau constitutif des corps planétaires sous leur forme originelle, sans avoir été altéré par l’effet sur soleil sur ces 4,56 milliards d’années, et nous permettraient d’avoir une meilleure connaissance de l’histoire de l’univers. Elles pourraient aussi avoir un rôle dans la dissémination des molécules complexes à l’origine de la vie sur Terre et la formation des océans.

PNG

La France fortement impliquée dans la mission Rosetta

La France est triplement impliquée dans cette mission :

  • au travers de sa participation au programme scientifique obligatoire de l’ESA, qui a permis à l’industrie française (en particulier ASTRIUM, aujourd’hui Airbus Defence and Space) de contribuer à la réalisation de Rosetta ;
  • au travers de participations instrumentales aux charges utiles, tant de Rosetta que de Philae ;
  • au travers d’une participation à l’ingénierie, au développement, aux tests et aux opérations de Philae, avec en particulier un rôle majeur dans l’importante responsabilité des opérations de pilotage de Philae à partir du centre de navigation et des opérations scientifiques situé à Toulouse.

PNG

En parallèle à l’industrie nationale développant une partie du satellite principal sous contrat de l’ESA, les autres activités françaises sont gérées par l’établissement toulousain du Centre national d’études spatiales (CNES). L’équipe projet qui y travaille s’appuie pour les participations instrumentales sur des laboratoires situés à Grenoble, Marseille, Orléans, Toulouse et en région parisienne. Pour les participations techniques, l’équipe projet s’appuie sur les services techniques du CNES et sur l’industrie : SOREP, SAFT, STEEL, CS, REALIX, GFI, ATOS, CAP GEMINI, THALES...

Déclaration de M. Harlem DESIR, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes

Rosetta : Une victoire de l’Agence Spatiale Européenne.

Un grand pas pour l’Europe de la volonté.

Le succès de la sonde Rosetta suscite de la fierté chez tous les Européens en cette année du cinquantenaire de l’Agence spatiale européenne.

Depuis les années 80, l’Europe s’est résolument tournée vers l’espace. Aujourd’hui, l’atterrissage du robot Philae envoyé par Rosetta sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko consacre 30 années d’efforts européens. La mission Rosetta a en effet vu le jour en janvier 1985 lors du conseil des ministres de l’Agence spatiale européenne (ESA).

La détermination des chercheurs et des techniciens de l’industrie spatiale européenne est la meilleure réponse au scepticisme et aux doutes. La mission Rosetta démontre que quand l’Europe se dote de grands projets, en matière de recherche et d’innovation, elle peut assumer le premier rôle dans le monde.

Nous avons assisté aujourd’hui à un grand succès de l’Europe de la recherche et de l’Espace et un grand pas pour l’Europe de la volonté.

Dernière modification : 14/04/2016

Haut de page