Inauguration du centre collaborateur de l’OMS sur les échinococcoses [中文]

Le 29 juin à Urumqi, s’est tenu la cérémonie d’inauguration du centre collaborateur chinois de l’organisation mondiale de la santé sur les échinococcoses. L’évènement a eu lieu en présence d’une large délégation médicale française du centre collaborateur et du centre national français sur les échinococcoses, illustrant 25 ans de coopération franco-chinoise sur cette maladie parasitaire négligée.

Les échinococcoses humaines, maladies parasitaires transmises par les chiens ou les ovins, font partie des maladies dites négligées mais touchent plus d’un million de personnes à tout moment dans le monde (la plupart en Chine). On estime que ce chiffre pourrait atteindre 5 millions sur le seul territoire Chinois. Les niveaux de prévalence sont très élevés dans certaines régions de Chine, en particulier dans le Xinjiang où les traditions rurales sont un facteur favorisant la prolifération de ce parasite. Ces zoonoses ont des conséquences dramatiques puisque elles sont associées à une forte morbidité, la Chine étant particulièrement touchée. Le traitement des différentes formes est souvent coûteux et complexe, nécessite parfois une intervention chirurgicale lourde et/ou une chimiothérapie prolongée et un diagnostic précoce. La Chine a affiché sa volonté d’intégrer la prévention, l’endiguement et le traitement de l’échinococcose dans ses plans économiques et de développement au niveau national, mais également dans sa stratégie internationale.

L’ouverture de ce centre collaborateur OMS dans la partie occidentale de la Chine traduit la volonté de l’OMS d’aider au développement et à la mise en œuvre de projets pilotes débouchant sur la validation des stratégies de lutte contre l’échinococcose d’ici 2020, en collaboration avec les autorités locales médicales, vétérinaires et de sécurité sanitaire des aliments.

Cet événement associait des collaborateurs français représentant le centre collaborateur OMS et le laboratoire national de référence français sur les échinococcoses de Besançon. Etaient présents Mme le Pr Dominique VUITTON (immunologiste, Besançon) et ses collaborateurs des Centre hospitalo-Universitaires de Besançon et de Dijon (Pr Eric DELABROUSSE, radiologue, Besançon ; Pr Laurence MILLION, parasitologue, Besançon ; Pr Patrick HILLON, hépatologue, Dijon ; Dr Solange BRESSON-HADNI, hépatologue, Besançon ; Dr Amal AZIZI, radiologue, Besançon) et le Service pour la Science et la technologie de l’Ambassade de France en Chine (Sophie de Bentzmann, Attachée).

L’Université de Franche-Comté et le Centre hospitalo-Universitaire de Besançon ont une longue tradition de collaborations avec l’Université médicale du Xinjiang puisque cela fait 25 ans que des échanges ont lieu entre Besançon et Urumqi. Ils œuvrent conjointement sur des problématiques de santé liées à l’échinococcose et à la formation médicale aux spécialités associées à l’étude de cette maladie (hépatologie, parasitologie, immunologie, radiologie, chirurgie hépatique). Un accord a été signé entre l’Université Médicale du Xinjiang et l’Université de Franche-Comté pour la création d’un laboratoire franco-chinois sur des maladies spécifiques au Xinjiang (échinococcose, cancers du foie associés aux infections, carcinogénèse épithéliale).

JPEG

Dernière modification : 12/07/2016

Haut de page