Inauguration de l’Année de la langue française en Chine [中文]

Discours de Monsieur Alain Juppé à l’occasion de l’inauguration de l’Année de la langue française en Chine, le 13 septembre 2011 à Pékin.

Madame la Conseillère d’État,
Mme la Présidente,
Mesdames, Messieurs,
Cher amis,

C’est un grand plaisir pour moi parmi d’être parmi vous ce matin, ici, à l’Université des langues et cultures étrangères de Pékin, pour inaugurer l’Année de la langue française en Chine.

Je tiens tout particulièrement à vous remercier, Mme la Présidente, d’accueillir cette cérémonie : nous n’aurions pu choisir lieu plus symbolique que votre université, qui a formé des milliers d’étudiants aux langues et cultures étrangères, qui est depuis douze ans le partenaire de l’Alliance française de Pékin et où notre Ambassadeur passa plus d’une année pour renforcer sa connaissance de la langue chinoise, au moment même où votre pays accueillait les premiers étudiants étrangers.

Vous le savez, en novembre 2010, forts du succès des années croisées culturelles organisées de 2003 à 2005, le Président de la République française, M. Nicolas SARKOZY, et le Président de la République populaire de Chine, M. HU Jintao, ont décidé la mise en œuvre d’une année croisée linguistique entre la France et la Chine.

L’ambition de cette initiative, qui se déroulera jusqu’en juin 2012, c’est la promotion réciproque de nos deux langues. C’est de mieux faire connaître mutuellement à nos peuples leur culture et leur société respectives, de développer les échanges de jeunes et de renforcer le dialogue entre nos deux pays.

L’année de la langue chinoise en France a été lancée le 4 juillet dernier à Paris par M. HE Guoqiang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois, et par M. Valéry GISCARD d’ESTAING, ancien Président de la République Française.

Il me revient aujourd’hui d’inaugurer à vos côtés, Madame la Conseillère d’État, l’Année de la langue française en Chine, placée sous le parrainage de François CHENG, membre de l’Académie française. Nul autre que cet « homme des fleuves, façonné par le Yang-zi et le fleuve Jaune » devenu « Français de droit, d’esprit et de cœur », nul autre que cet écrivain venu de « ce vieux pays qu’est la Chine où les lettres sont vénérées comme choses sacrées » pour faire de la langue française « l’arme, ou l’âme, de sa création », n’aurait pu mieux incarner les liens entre nos deux pays et l’attachement à nos deux langues.

L’année du français en Chine se déclinera en 200 évènements répartis dans tout le pays, de Pékin à Canton, de Xi’an à Shanghai, grâce aux nombreux partenariats établis avec les établissements scolaires, les universités, les alliances françaises, les associations de professeurs, les théâtres, les musées, les salles de spectacles et tous ceux qui aiment la langue et la culture françaises.

Parmi les manifestations les plus prestigieuses, je citerai la venue, pour la première fois de son histoire, de la Comédie française : elle donnera au Grand théâtre de Pékin Le malade imaginaire de Molière, dont le nom est devenu emblématique de la langue française. Plusieurs colloques sur nos politiques linguistiques et sur les enjeux du plurilinguisme sont également à l’affiche, sans oublier la magnifique exposition des œuvres de Picasso, artiste espagnol ayant adopté la langue française, qui sera présentée au sein du pavillon chinois de l’exposition universelle de Shanghai, ni le voyage musical autour du Petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry, qui sera donné dans plusieurs villes chinoises au mois de juin prochain.

Je souhaite que ces manifestations contribuent à développer encore la présence de la langue française en Chine et à renforcer toujours davantage les échanges entre nos deux pays.

En Chine, le nombre de locuteurs francophones ne cesse de s’accroître. C’est le pays où le nombre de départements de français dans les universités progresse le plus vite au monde, avec une augmentation de 200 % en 8 ans.

A ceux d’entre vous qui ont choisi d’apprendre le français, je veux dire : « vous avez fait un bon choix » :
-  Le choix d’une langue certes rigoureuse et difficile, mais aussi riche et précise, qui a donné au monde un patrimoine d’œuvres littéraires, scientifiques et philosophiques inestimable, que seule une lecture en français permet de pleinement apprécier ;
-  Le choix d’une langue ancienne, mais aussi d’avenir, qui a toujours su inventer et se réinventer pour s’adapter aux temps présents ;
-  Le choix d’une langue universelle qui, pour la première fois, a exprimé le concept des droits de l’Homme, qui figure parmi les cinq langues officielles des Nations unies, qui est aujourd’hui parlée par plus de 220 millions de personnes dans le monde et réunit pas moins de 70 pays au sein de l’Organisation internationale de la francophonie.
-  Le choix d’une langue mondiale, donc, présente sur tous les continents et dont la maîtrise est un atout économique majeur.

Je veux aussi vous dire que l’apprentissage de la langue française permettra à ceux d’entre vous qui le souhaitent de poursuivre des études supérieures en France. A cet égard, je me félicite de la forte progression du nombre d’étudiants chinois en France – ils sont environ 30 000 aujourd’hui. Pour encourager cette tendance, nos deux Présidents ont pris l’engagement commun d’augmenter significativement d’ici 2015 les flux d’étudiants entre la France et la Chine. Il s’agit pour nous d’un chantier prioritaire.

Pour relever ce défi, cette Année croisée linguistique sera, je l’espère, l’occasion d’avancer sur deux dossiers importants :
-  La mise en place en Chine de diplômes de langue française certifiés par le ministère français de l’Education nationale, qui permettra de faciliter l’intégration des étudiants chinois désirant venir en France.
-  L’ouverture des premières sections internationales de français dans les établissements scolaires chinois, à l’instar des sections internationales de chinois qui rencontrent un succès grandissant en France.

Je ne saurais conclure ce propos sans adresser mes remerciements sincères aux professeurs de français, qui sont environ un millier en Chine et qui réalisent ici un travail remarquable. Je leur dédie l’Année de la langue française.

Je souhaite que l’Année croisée linguistique France-Chine rencontre un grand succès et nous permette ainsi de renforcer encore l’amitié entre nos deux pays.

Je vous remercie.

Dernière modification : 15/09/2011

Haut de page