Evènement culte en France, les prix littéraires français ont leur café dédié à Wuhan

A l’occasion de la rentrée littéraire et de l’attribution du prix Nobel de littérature à Patrick Modiano, coup de projecteur sur les prix littéraires 2014 et leur histoire, lors du café littéraire organisé le 14 novembre 2014 par le service de coopération universitaire du Consulat général de France à Wuhan, en partenariat avec le café Javair.

Espaces d’échanges conviviaux, les cafés thématiques proposent aux francophones et francophiles de tous horizons de mener une réflexion sur divers sujets d’actualités et d’échanger avec de nombreux spécialistes francophones de passage à Wuhan.

Professeure agrégée, titulaire d’un doctorat de littérature et civilisation française et enseignante de littérature depuis 1995, c’est Sophie Seigle Arnaud qui a animé ce café littéraire. Elle a retracé l’histoire passionnante des principaux prix littéraires, exception française générant effervescence et passion à chaque rentrée d’automne et qui illustrent le dynamisme éditorial de la France.

JPEG - 85.7 ko
La conférencière Sophie Arnaud Seigle
Consulat général de France à Wuhan

Rappelant les circonstances de sa création et le rôle de l’académie française, la conférencière a emmené les participants à la découverte du grand prix du roman de l’Académie française. Ce fut ensuite le tour du prix Goncourt, décerné chaque année en novembre pour couronner le meilleur ouvrage d’imagination en prose, paru dans l’année. Récompensé d’un chèque de 10 euros, la notoriété qu’offre ce prix - le plus prestigieux & le plus connu de tous - est très recherchée. Patrick Modiano a été récipiendaire de ce prix pour son ouvrage « Rue des boutiques obscures » (1978) ainsi que Carole Martinez (prix Goncourt des lycéens 2011 pour « Du domaine des murmures »), venue à Wuhan à l’occasion de la fête de la francophonie en mars 2014.

JPEG - 141.8 ko
Carole Martinez à Wuhan en mars 2014
Consulat général de France à Wuhan

Les délibérations de l’académie Goncourt pouvant parfois se prolonger fort tard, a rappelé la conférencière, un groupe de dix journalistes prit un jour la décision de patienter en allant déjeuner. C’est de ce repas qu’est née l’idée de créer un nouveau prix : le prix Renaudot (en hommage à T. Renaudot, père du journalisme et fondateur de la première gazette). La première édition de ce prix a eu lieu en 1926 et a depuis récompensé des auteurs tel JMG Le Clézio pour « Le procès-verbal » (1963).

Le prix Fémina (1904) a la particularité d’avoir un jury exclusivement féminin. Il fut créé pour soutenir la légitimation littéraire des femmes. Il poursuit encore aujourd’hui cet objectif sans renoncer à primer des hommes ; tels Antoine de Saint Exupéry qui reçut ce prix pour « Vol de nuit » (1931) et François Cheng pour son ouvrage « Le dit de Tianyi » (2002).

Au fil des ans, d’autres prix et distinctions ont vu le jour, tels le prix Médicis (1958) pour encourager l’avant-garde littéraire, promouvoir le nouveau roman et susciter le débat ; ou le prix de Flore (1994), remis dans le célèbre Café de Flore du boulevard Saint Germain à Paris. Outre la gratification financière, le lauréat de ce prix peut venir y consommer un verre - gravé à son nom - de vin Pouilly tous les jours, pendant un an.

Créé en 2003, le prix Décembre réunit quant à lui son jury dans le prestigieux hôtel Lutétia à Paris.

La conférencière a poursuivi en faisant découvrir aux participants les auteurs et ouvrages lauréats des prix 2014 :

Grand prix du roman de l’Académie française : « Constellation » d’Adrien BOSC

JPEG

Prix Goncourt : « Pas pleurer » de Lydie Salvayre

JPEG

Prix Renaudot : « Charlotte » de David Fouenkinos

JPEG

Prix Fémina : « Bain de lune » de Yanick Lahens

JPEG

Prix Médicis : « Terminus radieux » d’Antoine Volodine

JPEG

Prix de Flore : « L’aménagement du territoire » d’Aurélien Bellanger

JPEG

Prix Décembre : « Sigmund Freud, en son temps et dans le nôtre » d’Elisabeth Roudinesco

JPEG

Après avoir, à travers ce panorama, présenté le dynamisme considérable des principaux prix littéraires français, Sophie Seigle Arnaud a ensuite souligné l’audience internationale de la littérature française. Elle trouve son illustration la plus éclatante avec le prix Nobel de littérature, a souligné la conférencière.
Effectivement, la France est championne du monde des prix Nobel de littérature et empoche cette année son 15ème prix, attribué à Patrick Modiano, récompensé pour « l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l’occupation ».

JPEG - 7.6 ko
Patrick Modiano, prix Nobel de littérature 2014

Le prix Nobel de littérature 2008 fut attribué à JMG Le Clézio (également en visite à Wuhan en novembre 2013) et celui de l’année 2000 à GAO Xingjian (né en Chine, français depuis 1998) pour son œuvre en français et en mandarin. Les écrivains Albert Camus (1957), François Mauriac (1952), André Gide (1947) ; le philosophe Bergson (1927) et le poète Prudhomme (1901) sont quelques exemples de lauréats de ce très prestigieux prix littéraire international.
Après les échanges avec le public, le café littéraire s’est achevé par une séquence de quizz qui a permis aux férus de littérature d’être les heureux gagnants de livres de toutes sortes : romans, bandes dessinées etc…

JPEG - 34.6 ko
Le public
Consulat général de France à Wuhan

Couverture média : radio Chutian

Dernière modification : 03/05/2016

Haut de page