Départ de Pascale Delpech, directrice de l’Alliance Française de Shanghai

L’Alliance Française est une institution que beaucoup d’expatriés francophones connaissent, au moins de nom. Pascale Delpech a codirigé celle de Shanghai de 2013 à 2016 et s’apprête à rentrer en France cet été. Nous l’avons donc rencontrée pour dresser un bilan de cette expérience et pour connaître un peu mieux les rouages de ce que l’on nomme communément l’AF. Visite guidée au cœur de la langue et de la culture françaises pour tous !

JPEG - 44.5 ko
Pascale Delpech dans son bureau à l’AF (Crédit Photo : AF)

L’Alliance Française, langue française et cultures francophones

PNG

L’Alliance Française, créée en 1883 par un groupe de personnalités telles que Louis Pasteur, Jules Verne, Paul Cambon, est aujourd’hui le premier réseau culturel mondial et la référence internationale pour l’enseignement de la langue française. Elle compte quelques 850 établissements dans 136 pays répartis sur les cinq continents. Chaque centre de l’AF est une association de droit local, à but non lucratif, et qui doit se gérer de façon autonome. Ses trois missions sont de proposer des cours de français, de mieux faire connaître les cultures française et francophone, et de favoriser la diversité culturelle. En Chine, quinze villes bénéficient d’un centre de l’AF, dont Pékin, Canton et Shanghai.

Du monde slave à la Chine, le grand saut

Russie, Croatie, Bosnie, Kosovo, Serbie : la région de prédilection - et de cœur - de Pascale Delpech, c’est Europe de l’Est. "J’ai toujours vécu dans ce monde slave", nous confie-t-elle, "et si je me suis spécialisée en langue serbo-croate à l’université, après avoir appris le russe au lycée et à la faculté, c’est par passion !". Interprète, traductrice littéraire, diplômée d’anthropologie des Balkans, conseillère politique pour l’ONU, conseillère de Coopération et d’Action Culturelle en Ambassade de France, le parcours de Pascale est d’une richesse rare. Mais bien loin de la Chine et de l’Asie… Quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu’il y a quatre ans de cela, elle reçoit un appel urgent du ministère des Affaires étrangères, pour lui proposer le poste de direction de l’Alliance Française de Shanghai. A la fois déroutée et curieuse, Pascale répond très vite, comme à son habitude, et se lance avec enthousiasme dans cette nouvelle aventure professionnelle, personnelle et culturelle : cap vers l’Est… de la planète cette fois.

L’AF Shanghai, trois centres dirigés par un tandem de choc

JPEG - 39 ko
De gauche à droite : Juliette Huang, Pascale Delpech, Emilie Pan (Crédit Photo : AF).

A Shanghai, l’AF dispose de trois centres : le centre principal et historique de Hongkou (297 Wusong Lu), celui de Changning (155 Wuyi Lu) dans le même bâtiment que la librairie L’Arbre du Voyageur et qui s’est spécialisé dans les cours pour enfants, et enfin le centre de Songjiang (58 Long Teng Lu), en grande banlieue, au cœur des campus universitaires. C’est une grosse institution, avec quelques 110 employés à gérer pour Pascale Delpech. Cours de français, médiathèque, activités culturelles : les services proposés sont nombreux et très riches.

En Chine, les Alliances Françaises ont toutes une direction bicéphale franco-chinoise, en partenariat avec une université locale. A Shanghai, c’est avec l’Université du Temps Libre de Hongkou que l’AF est associée. Dès son arrivée, Pascale Delpech a donc travaillé avec Emilie Pan, co-directrice de l’AF depuis plus de 20 ans. "Ce fut une collaboration quotidienne extrêmement riche et positive. J’ai beaucoup appris, notamment la patience et l’art de la diplomatie !", affirme Pascale. "Ce fut une belle rencontre, et aujourd’hui Emilie est une amie". Au départ de Pascale (pour un dernier poste ou une retraite bien méritée, l’avenir nous le dira), s’ajoute celui d’Emilie, qui prend sa retraite après 20 ans passés au service de l’AF. Sa remplaçante, Juliette Huang, déjà en place depuis début mars, connaît bien l’organisation puisqu’elle y travaille depuis de nombreuses années. Le successeur de Pascale Delpech, dont le nom devrait être officiellement dévoilé sous peu, et qui connaît bien la Chine, devrait donc avec Juliette Huang, pouvoir poursuivre l’évolution et le développement de l’AF Shanghai.

L’avenir de l’AF Shanghai : évolution pédagogique et révolution digitale

JPEG - 31.9 ko
Cours de phonétique en laboratoire de langues (Crédit Photo : AF).

Parce que la société chinoise évolue constamment et à vitesse grand V, l’Alliance Française doit elle aussi adapter en permanence son offre aux besoins de son public. Ce public présent aux cours de l’AF, environ 6.000 apprenants par an, est plutôt jeune (25-35 ans en moyenne), composé en majorité d’étudiants chinois qui se préparent à des études en France. Mais il y a aussi ceux qui apprennent le français par pure passion, et des enfants de plus en plus nombreux (dès l’âge d’un an). Environ 50 professeurs, en grande majorité de nationalité française, y dispensent des cours en journée, mais aussi surtout le soir et le week-end.

Si auparavant, les apprenants venaient essentiellement pour y suivre des cours en mode intensif (25h par semaine), ils s’orientent aujourd’hui vers des formules "extensives", de 5 à 10h de cours par semaine. Les raisons sont multiples : le développement des cursus en anglais dans les universités en France, les cours de français proposés en direct par les universités chinoises, le ralentissement économique, le manque de temps… "L’avenir de l’AF est dans le développement de nos cours en ligne, le processus pédagogique est en marche, mais c’est malheureusement très long à construire, car c’est du sur-mesure…", constate Pascale. Cependant, l’essor de la demande de cours pour enfants et l’ouverture d’une 2ème langue au Gaokao (le baccalauréat chinois) en 2017 sont deux signaux très positifs pour l’AF.

De belles rencontres culturelles avec le public chinois

JPEG - 45.7 ko
Concert Paris-Combo du 28 mai 2016 (Crédit Photo : AF).

Quand on lui demande de nous évoquer quelques projets dont elle est la plus fière, Pascale nous parle tout d’abord de ces partenariats qu’elle a tissés dans Shanghai, en dehors des centres de l’AF. En effet, elle a mis en place de nombreux événements, concerts, spectacles pour enfants, projections de cinéma, dans des lieux culturels divers, des musées, tels que le Mao Live House, le JZ Club, le Power Station of Art.... "Cela permet de toucher un nouveau public, de travailler avec des partenaires et des sponsors, et donc de proposer des spectacles d’art vivant de plus grande envergure". Le concert de Paris-Combo, le 28 mai dernier, fut notamment un véritable succès, avec plus de 1.000 spectateurs, un public plus mélangé que d’habitude, majoritairement chinois comme toujours mais aussi francophone. Ce fut une belle soirée.

JPEG - 54.3 ko
"L’enfant qui ne voulait pas partir", atelier H. Tullet au Long Museum (Crédit : AF).

Un autre événement marquant fut le spectacle de théâtre d’objets "Roméo et Juliette, les amants de liège", donné par le théâtre MU en 2014 : l’histoire revisitée avec des personnages miniatures fabriqués avec des bouchons de champagne. Une création osée et originale qui a su séduire un public d’enfants et de parents, eux aussi médusés d’ailleurs ! Ou encore, cet atelier extraordinaire de l’artiste Hervé Tullet au Long Museum en 2014 qui a ouvert le champ des possibles créatifs à des enfants de 3 à 6 ans, "lâchés" sur une grande bâche avec de la peinture à l’eau multicolore à disposition.

"Le public chinois se laisse facilement convaincre par les spectacles que nous organisons, les parents viennent avec leurs enfants, et même s’ils ont du mal à respecter le silence, leurs applaudissements sont nourris et sincères !", observe Pascale. "Je déplore cependant que le public français ne se mêle pas assez à ces manifestations, il y aurait tant de belles rencontres et d’échanges possibles, car la langue n’est pas une barrière ici… Les AF sont aussi pour les francophones !"
En conclusion, Pascale Delpech affirme avoir été très heureuse d’avoir vécu cette belle expérience humaine et professionnelle. Elle rentre en France, mais ne cessera de voyager au gré de ses projets et activités futures… "Et n’en déplaise aux Parisiens, dont je suis, je poserai mes valises de préférence en Provence, avec son ciel bleu, sa nature généreuse, ses oliviers…". Une envie assez naturelle après plusieurs années passées dans le tourbillon de Shanghai.

Pour en savoir plus sur l’Alliance Française de Shanghai : http://www.afshanghai.org/flash/home_fr.html

Pour en savoir plus sur Culturethèque, la médiathèque numérique en ligne, accessible partout dans le monde : http://www.afshanghai.org/fr/d/d_19.asp

Pour être informé de toutes les activités culturelles de l’AF Shanghai, vous pouvez vous abonner à la newsletter de l’AF Shanghai
ou retrouver toutes les dates sur Wechat en scannant le code QR ci-dessous :
PNG

Dernière modification : 24/06/2016

Haut de page