Délégation de l’Union européenne en Chine et en Mongolie [中文]

Préoccupations de l’Union européenne au sujet de la situation des droits de l’Homme en Chine.

Alors que nous prenons note de la libération de Monsieur Peter Dahlin, l’Union européenne et ses États-membres s’inquiètent toujours de la détention en cours d’avocats des droits de l’Homme et de militants qui ont œuvré pacifiquement à la protection des droits garantis par la Constitution chinoise et la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. C’était l’objet des déclarations de l’UE des 16 juillet et 22 octobre 2015. La Chine doit assurer une transparence complète et respecter les procédures judiciaires, conformément aux recommandations transmises par le Comité des Nations Unies contre la torture en décembre 2015. Les personnes détenues doivent aussi pouvoir avoir accès à des avocats et à leurs proches.

Nous sommes également très préoccupés par la détention par les autorités chinoises d’un certain nombre de ressortissants de l’UE, et le 7 janvier 2016, nous avons publié une déclaration sur la disparition d’individus associés à la maison d’édition Mighty Current de Hong Kong. L’UE exhorte les autorités chinoises à clarifier leur situation et à indiquer leur lieu de détention.

Ces cas s’inscrivent dans une tendance inquiétante et mettent en doute le respect par la Chine de l’état de droit et de ses engagements en matière de droits de l’Homme, en particulier la liberté d’expression.

L’Union européenne attend des autorités chinoises qu’elles respectent leurs engagements internationaux en matière de droits de l’Homme et garantissent des procédures juridiques équitables et transparentes. La diffusion publique de prétendues « confessions » par des ressortissants chinois et de l’UE est inadmissible.

Dernière modification : 17/02/2016

Haut de page