Mobilisation en Chine contre le terrorisme et pour la liberté d’expression [中文]

« Aucun acte barbare ne saura jamais éteindre la liberté de la presse. »

« Je suis Charlie » - Mobilisation en Chine

L’ensemble du réseau diplomatique français en Chine a commémoré les victimes des attentats contre Charlie hebdo et contre le supermarché de Vincennes.

Les drapeaux ont été mis en berne pendant trois jours et une minute de silence a été respectée dans les différents consulats généraux et à l’Ambassade, jeudi 8 (jour de deuil national en France).

Des livres de condoléances ont été mis à disposition du public. Ils ont été signés par de très nombreux citoyens français, des amis chinois et étrangers, des ambassadeurs étrangers ainsi que, au nom des autorités centrales chinoises, le vice-ministre des Affaires étrangères M. Wang Chao.

A Pékin, plus de 500 membres de la communauté française et Français de passage se sont réunis pour rendre hommage aux victimes des attentats, lors d’une rencontre tenue dimanche 11/01 au soir à la résidence de France.

L’Ambassadeur a rappelé la gravité des attaques et salué l’union autour de la défense de la liberté d’expression, illustrée par les très nombreuses manifestations de solidarité en France et dans le monde dont la marche républicaine ouverte par le président de la République en compagnie de très nombreux chefs d’Etat. Il a rendu hommage à toutes les victimes de ces attaques, ainsi qu’à ceux qui ont fait preuve d’actes de bravoure (le policier Ahmed Mehrabet, le caissier Lassana Bathily). Il a également rappelé le rôle des journaux de défense de la liberté et de l’intérêt général et de témoin de la société, rôle qui a fait de Charlie hebdo une cible du terrorisme.

Retrouvez ici plus de détails sur la mobilisation à Shanghai et à Canton :

Attentat contre Charlie Hebdo - 7 janvier 2015

A la suite des attentats perpétrés entre le 7 et le 9 janvier lors desquels 17 personnes ont été tuées, François Hollande a dénoncé un acte d’une exceptionnelle barbarie.

PNG

Il a annoncé le relèvement du plan Vigipirate à son niveau le plus élevé en Ile de France. Une réunion avec les ministres directement concernés a été organisée dès le 7 janvier à 14h à l’Elysée.

Le président de la République a déclaré qu’ « aucun acte barbare ne saura jamais éteindre la liberté de la presse. Nous sommes un pays uni qui saura réagir et faire bloc ». Il s’est adressé à la Nation le 7 janvier à 20h.

Le jeudi 8 janvier était une journée de deuil national. A midi a été observé un moment de recueillement dans tous les services publics. Tous les drapeaux du pays ont été en berne pendant trois jours.

Intervention du Président de la République suite a la fusillade chez Charlie hebdo (7 janvier 2015)

Siège de Charlie Hebdo Paris 11ème – Mercredi 7 janvier 2015

Un acte d’une exceptionnelle barbarie vient d’être commis ici à Paris, contre un journal, un journal, c’est-à-dire l’expression de la liberté. Contre des journalistes, qui avaient toujours voulu montrer qu’ils pouvaient agir en France pour défendre leurs idées et pour avoir justement cette liberté que la République protège. Il y avait également des policiers pour les protéger, ceux-là, journalistes, policiers, ont été lâchement assassinés. Il y a, au moment où je m’exprime, 11 personnes qui sont mortes, 4 qui sont en situation d’urgence absolue, nous n’avons pas encore le compte définitif de toutes les victimes, mais il y a 40 personnes qui sont maintenant protégées et qui sont sauves. Nous aurons, dans quelques heures, le bilan exact.

Je réunirai tout à l’heure à 14H00, à l’Elysée, les ministres et les responsables qui sont directement maintenant concernés par la protection que nous devons assurer à tous les lieux où de mêmes actes pourraient être renouvelés, par les mêmes barbares, et nous avons donc engagé le plan Vigipirate « attentats ». Il y a aussi des actions qui sont immédiatement lancées, suite à l’agression, pour retrouver les auteurs de ces actes, ils seront pourchassés aussi longtemps que nécessaire pour qu’ils puissent être arrêtés et traduits devant les juges, et condamnés.

La France est aujourd’hui devant un choc, un choc qui est celui d’un attentat, car c’est un attentat, terroriste, ça ne fait pas de doute, et par rapport à un journal qui avait été plusieurs fois menacé, qui était justement protégé. Dans ces moments-là il faut faire également bloc, montrer que nous sommes un pays uni, que nous savons réagir comme il convient, c’est-à-dire avec fermeté, mais avec toujours le souci de l’unité nationale. Tel sera mon comportement, ma volonté, tout au long de ces prochains jours et de ces prochaines semaines, j’aurai, une fois encore, à parler aux Français, car je l’avais dit, nous sommes dans un moment extrêmement difficile. Plusieurs attentats terroristes avaient été déjoués ces dernières semaines, nous savions que nous étions menacés, comme d’ailleurs d’autres pays dans le monde. Nous sommes menacés parce que nous sommes un pays de libertés, et parce que nous sommes un pays de libertés nous conjurerons les menaces et nous punirons les agresseurs. Personne ne doit penser qu’il peut agir, en France, contrairement aux principes de la République, et atteindre l’esprit même de la République, c’est-à-dire un journal, et je pense aujourd’hui à ces victimes, 11 personnes sont mortes, 4 sont entre la vie et la mort, nous en sommes là et nous aurons à cœur de trouver les responsables et d’appeler, autant qu’il est possible, à l’unité nationale. Merci.

Dernière modification : 14/04/2016

Haut de page